Vous transpirez trop ? Enfin une solution.

Mira Dry : Première technologie médicale, sans chirurgie, qui élimine définitivement en toute sécurité la transpiration et les odeurs au niveau des aisselles.

Le système Miradry est le fruit de plus de cinq années de recherches et de développement ,et d’une grande étude clinique sur le long terme, réalisée par des dermatologues de renom sur l’ensemble des États-Unis

L’approbation de Miradry a été obtenue par la Food and Drug Administration Américaine en janvier 2011.

90 000 traitements ont été réalisés à ce jour.

C’est actuellement la seule procédure autorisée par la FDA et ayant un marquage CE qui permet de réduire de manière durable et non invasif la transpiration au niveau des aisselles.

Le prix d'un traitement par Miradry est de 2 000 à 2 400 €.

Le traitement consiste à administrer précisément dans le plan des glandes sudorales des ondes ultracourtes qui permettent d’éliminer 90 % des glandes en une à deux séances.

Lors de l’intervention ces ondes génèrent de la chaleur qui entraîne la thermolyse (décomposition par la chaleur) des glandes sudorales.
Simultanément, un système de refroidissement hydro-céramique protège la couche superficielle du derme et garde la chaleur au niveau des glandes ciblées évitant ainsi tout risque pour la peau.

Le résultat obtenu en terme de réduction de la transpiration est définitif car les glandes ne se régénèrent pas à la suite du traitement.

En même temps les mauvaises odeurs liées à la sueur au contact de la peau disparaissent.

Les aisselles doivent être rasées deux à trois jours avant l’intervention.

Le jour de l’intervention il est nécessaire de porter des vêtements amples.

L’intervention dure une heure environ.

Le médecin commence à repérer la zone à traiter et pratique une anesthésie locale de façon à rendre le traitement indolore.

À chaque point de traitement la peau est aspirée par le dispositif et les micro-ondes délivrées.

Le marquage précis permet un traitement homogène. Toute l’aisselle est ainsi traitée quelque soit sa surface.

À la fin du traitement les aisselles dont un peu rouges et gonflées.

Dès le lendemain de l’intervention la transpiration des aisselles est très fortement diminuée voire inexistante et ceci définitivement.

Les traitements généraux :
S’il existe certains traitements par voie générale qui améliorent l’hyperhidrose, aucun n'est dénué d’effets secondaires,

Les traitements locaux :

1 ) Les anti-perspirants et déodorants classiques sont suffisants pour prévenir les mauvaises odeurs dans le cadre d’une transpiration normale.
Pour une hyperhidrose des aisselles , leur action est totalement insuffisante.

2 ) La toxine botulique était jusqu’à présent le traitement de choix dans la prise en charge de l’hyperhidrose localisée des aisselles.

Son action est remarquablement efficace, dénuée d’effets secondaires notoires, mais de courte durée. La durée d’efficacité des injections de toxine botulique est variable allant de 4 à 12 mois.

Ces injections sont peu douloureuses, et le taux de satisfaction des patients est très élevé.

Seul le coût très élevé et la durée d’efficacité en limitent l’indication.

3) L’ionophorèse est un traitement qui utilise un courant électrique pour diminuer la taille des canaux excréteurs de la sueur. Ce traitement est plus adapté au niveau des paumes des mains et des plantes des pieds qu’au niveau des aisselles.

La transpiration est un phénomène naturel qui permet de réguler la température du corps et de la maintenir autour de 37°.
Suer est une réaction physiologique qui intervient en cas de chaleur trop importante , d’exercice physique et pendant la ménopause.

Nous avons environ 4 millions de glandes sudoripares qui produisent le liquide transparent que nous appelons la sueur.

On distingue deux types de glandes sudorales :

– les glandes eccrines

– les glandes apocrines

Les glandes eccrines produisent une sueur abondante et inodore essentiellement composée d’eau.

Elles sont réparties sur tout le corps et sont plus nombreuses sur la paume des mains, la plante des pieds, le front et les aisselles.

Ces glandes, activées par la chaleur, ont un rôle important dans la thermorégulation. Lorsque la température extérieure est supérieure à 37° la sueur humidifie la peau et son évaporation facilite l’abaissement de la température.

Les glandes apocrines produisent une sueur plus odorante .Elles sont localisées principalement au niveau des aisselles, du pubis, des parties génitales et mammaires. Elles sont sous la dépendance des hormones et ne sont donc activées qu’au moment de la puberté.

Cette sueur apocrine est moins abondante et peut devenir malodorante à cause des bactéries naturellement présentes à la surface de la peau.

Ces glandes sont stimulées par les émotions et le stress. Chez l’homme, la sueur apocrine servirait de carte d’identité spécifique à chaque individu. Elles s’atrophient chez le sujet âgé d’où une baisse du phénomène de transpiration.

La sécrétion sudorale est variable et peut, selon les circonstances, passer de 1,3 litres par jour au repos à plus de 10 litres par jour dans des conditions extrêmes.

En dehors de la thermorégulation, la sueur a également d’autres fonctions moins importantes : elle permet le maintien de l’hydratation cutanée, et l’élimination de certains déchets.

Enfin, la sécrétion permanente au niveau palmoplantaire améliore la préhension des objets ainsi que la marche et la course en évitant le glissement.

L’hyperhidrose est une transpiration excessive .La quantité de sueur produite par le corps est supérieure au volume nécessaire à la régulation thermique du corps.

Elle se manifeste essentiellement au niveau des aisselles mais également au niveau des pieds et des mains (mains moites).

Elle apparaît généralement à la puberté, augmente jusqu’à 30 ans puis diminue progressivement.

On considère que 3 % de la population est touchée par une hyperhidrose sévère, et que plus de 20 % de la population souffre quotidiennement des désagréments liés à une transpiration excessive.

Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes.

Elle est responsable de véritables complexes gênants la vie sociale et professionnelle. Les patients souffrant d’hyperhidrose prennent l’habitude de s’habiller en noir pour dissimuler les aréoles sous les aisselles.

Des études ont montré que les patients souffrant d’hyperhidrose sont souvent des hyper- émotifs et que ce désagrément augmente la timidité et est un frein à l’intégration sociale.

Il est donc important de traiter cette souffrance ce qui est désormais possible avec le dispositif Miradry


Détails de nos prix

Miradry2000 à 2400 €

1er rendez-vous

Un premier rendez-vous de consultation est nécessaire avant tout traitement. Il permet de choisir le traitement le plus adapté, d'expliquer ce traitement, et de faire un devis : le docteur Netter est conventionné « secteur 2 » c’est à dire à honoraires libres. Le coût des consultations varie de 50 à 100 €. Les consultations se font sur rendez-vous du lundi au vendredi. Les séances d’épilation définitive peuvent se faire également le samedi.


Vidéos