6 décembre 2017 Article

Tout savoir sur la cryolipolyse

La Cryolipolyse est une des idées les plus brillantes des dernières années et une révolution dans le domaine de l'esthétique.

La cryolipolyse a été développée à partir des recherches des docteurs Dieter Manstein et Rox Anderson qui dirigent le service de dermatologie du Massachusetts Général Hospital à Boston. Ils ont eu l’idée de tirer profit de l’observation d’une pathologie connue depuis la fin du XIXème siècle sous le nom de « panniculite au froid ». Bien connue à la fin du XIXème siècle, cette pathologie a surtout été observée chez les femmes pratiquant l’équitation en jupe et à califourchon par grand froid. Au niveau de la face externe de la cuisse, là où existe une masse de graisse appelée culotte de cheval, apparaissait une zone rouge chaude inflammatoire, conséquence d’une longue séance d’équitation par temps froid. Guérissant sans traitement en un à deux mois elle laisse au niveau de la zone graisseuse des dépressions inesthétiques et définitives.

Plus tard avec l’apparition des premiers bâtons glacés de la marque américaine Popsicle a été décrit une nouvelle pathologie : la panniculite au Popsicle. Les enfants qui suçaient fréquemment ces esquimaux présentaient des petites dépressions dans l’épaisseur des joues dues au contact prolongé de la graisse des joues avec le froid. Ils en ont tiré des enseignements clés :

  • Les adipocytes (cellules graisseuses) sont plus sensibles au froid que la peau, les nerfs et les muscles ;
  • Il est possible de cibler sélectivement la mort naturelle des cellules graisseuses (apoptose) en appliquant du froid et de la pression au travers de la surface de la peau.

À partir de ces enseignements, des chercheurs renommés de la Harvard médical School (le plus grand centre de recherche en laser et technologies apparentés des USA) ont mis au point une technologie reproduisant de façon contrôlée par une exposition précise et particulière au froid, ce processus d’apoptose des adipocytes. Passer de l’inesthétique à l’esthétique a été le challenge de cette équipe de chercheurs.

Après 6 ans d’études cliniques, le premier modèle d’appareil de cryolipolyse a été déposé. C’est à l’industriel Zeltiq que revient le mérite d’avoir développé le concept expérimental de Cryolipolyse et d’avoir mis au point le Coolsculpting, appareil fiable permettant de reproduire à volonté un processus d’apoptose des adipocytes. L’appareil commercialisé induit une fonte régulière et harmonieuse du volume de la graisse aspirée d’environ 25%.

Coolsculpting a fait l’objet d’un nombre très important d’études cliniques :

  • Plus de 800 patients ont été traités dans les essais cliniques ;
  • 180 patients ont subi une biopsie qui a montré une réduction significative de la couche graisseuse.

Cette technique a obtenu l’agrément de la très sérieuse FDA (Food  and Drug Administration) et a été commercialisée par la société Zeltiq.

Au printemps 2016 Allergan, premier groupe esthétique mondial, a racheté la société Zeltiq. Cette entreprise dynamique améliore constamment l’efficacité de la technique avec entre autre la commercialisation régulière de nouveaux applicateurs.

Ainsi, avec une technique ne nécessitant aucune anesthésie, aucun geste invasif, aucune injection, il est devenu possible de faire se résorber, en douceur, naturellement et progressivement, sans altérer les autres structures de la peau, une épaisseur visible d’un bourrelet  graisseux.

La cryolipolyse s’est positionnée comme une alternative médicale à la liposuccion et a pris une place prépondérante dans les pratiques de médecine esthétique.

Cet appareil médical a connu depuis huit ans un succès sans précédent en esthétique et les centres médicaux ont fleuri un peu partout. En juin 2017 plus de 5 millions de traitements avaient été réalisés dans le monde sans effet secondaire notoire.

Il n’y a de bonnes idées qui ne soient copiées et depuis peu apparaît sur le marché des copies chinoises et coréennes de l’appareil princeps. Des pages entières internet se sont remplies de publicité sur la technique. Rappelons tout d’abord qu’il s’agit d’une technique purement médicale et qu’il est impensable de se faire traiter dans un institut de beauté.

Certaines machines de cryolipolyse peuvent entraîner des dégâts irrémédiables (gelures, nécroses). D’autres en revanche n’obtiennent aucun résultat sur la masse graisseuse, sans parler des machines destinées aux esthéticiennes qui ne sont guère que de très lointaines copies. À ce jour aucun appareil n’a fait l’objet d’études comparables à Coolsculpting même si indéniablement certaines machines sont des concurrents de qualité. Il est donc important avant de se lancer dans ce type de traitement de connaître la marque du matériel. Le mot coolsculpting est la marque d’une machine, nombreux praticiens communiquent sous le nom de Coolsculpting alors qu’ils sont équipés d’une machine de marque différente.

Les traitements avec la machine coolsculpting sont indiscutablement plus onéreux mais dans la très grande majorité des cas une séance unique par zone est suffisante. D’autres machines proposent des prix attractifs par séance mais le nombre de séances pour arriver à un résultat identique est plus élevé.
Il est donc important pour le patient de savoir poser aux praticiens les bonnes questions sur l’appareil utilisé, le nombre de séances nécessaires, les effets secondaires éventuels.

Quelles sont les indications du Coolsculpting ?

Il ne s’agit pas d’une technique d’amaigrissement. Le traitement n’est pas indiqué si la surcharge graisseuse est trop importante (IMC >30). Cette technique s’adresse aux personnes qui ont un poids stable mais des zones graisseuses localisées :

  • bourrelets résistants à une hygiène de vie correcte
  • bourrelets de l’abdomen (au dessus et en dessous du nombril)
  • bourrelets du dos (plis du soutien-gorge et poignées d’amour)
  • face interne des cuisses, genoux
  • culotte de cheval, plis sous fessiers
  • chez l’homme au niveau de la poitrine
  • face interne des bras
  • double menton

Avec la cryolipolyse, il n’est pas possible de traiter les fesses et les faces antérieures et postérieures des cuisses en dehors du pli sous fessier. Le médecin choisit l’applicateur en fonction de la zone anatomique à traiter.

Y a-t-il des contre-indications ?

Certaines maladies très rares représentent une contre-indication :

  • cryoglobulinémie
  • urticaire au froid
  • hernie abdominale
  • porteur de dispositif électronique (pace maker) 

Mais ce sont essentiellement les atteintes irréalistes des patients, dont l’excès graisseux est trop important, qui représentent la plupart des contre-indications.

Que deviennent les cellules graisseuses?

L’exposition au froid et à la pression entraîne le processus de résorption naturel appelé apoptose. La cellule graisseuse, à la différence d’autres types cellulaires n’a pas la capacité à se reformer comme cela a été très bien démontré après les procédures de liposuccion.

Les cellules sont éliminées par les voies lymphatiques naturelles. Il n’y a pas d’augmentation significative du taux des graisses (cholestérol et triglycérides) dans le sang : ceci a été confirmé par des études biologiques.

Quelle est la durée d’une séance?

La durée des séances est fonction de la zone traitée.

À titre d’exemple : 

  • zone de l’abdomen et du dos : 35 minutes par applicateur et par côté
  • culotte de cheval : 1h15 par côté
  • zone large et double menton : 45 minutes

Quelles sont les suites du traitement ?

Coolsculpting est une technique non invasive autorisant une reprise immédiate des activités quotidiennes. On observe habituellement une roseur persistant quelques heures et dans de très rares cas quelques ecchymoses superficielles liées à l’effet de ventouse. Quelques douleurs à type de crampes ou de courbatures peuvent être ressenties pendant quelques jours.

 

Quand les résultats deviennent-ils visibles ?

L’apoptose débute dès la fin du traitement. Les premiers résultats sont visibles dès la fin du premier mois. À la fin du deuxième mois l’apoptose  est complète. Le tassement des cellules graisseuses restantes entraîne encore une légère amélioration dans les mois qui suivent. Si une  deuxième séance est envisagée  du fait de l’épaisseur importante du pannicule adipeux au départ, un délai de deux mois minimum sera respecté entre les séances.

Le résultat est-il définitif ?

Les cellules graisseuses n’ont pas la capacité de se reproduire. Cela a été parfaitement démontré par le succès de la liposuccion. Le résultat est donc définitif si le poids est stable. Aucun amaigrissement n’est indispensable aux bons résultats du traitement mais un poids stable est indispensable pour maintenir le résultat à long terme.

Comment se déroule une séance ?

Lors d’une séance de cryolipolyse, la peau est protégée par une lingette imprégnée d’un Cryo protecteur breveté permettant la protection de la surface de la peau tout en assurant une bonne conduction thermique du froid. Cette protection est indispensable. Toute gelure à la surface de la peau peut entraîner des dégâts irréversibles Il est à noter que certaines machines génériques n’utilisent pas ce cryoprotecteur et peuvent être à l’origine de cicatrices définitives dues au givrage de l’humidité froide persistant à la surface de la peau. Puis on applique sur les régions devant être traitées une sorte de ventouse qui va aspirer et maintenir le bourrelet par un système de vacuum. 

Le refroidissement du volume du bourrelet  aspiré s’effectue par l’intermédiaire d’un thermocouple situé dans la coupelle d’aspiration.
D’un côté la peau est en contact de la face froide, tandis que de l’autre côté les calories s’évacuent Il ne s’agit  en n’aucun cas de froid posé sur la peau.

Un liquide sert à évacuer les calories absorbées dans la peau dans la machine par un circuit fermé.

À la fin du cycle de refroidissement l’aspiration s’arrête, la zone est libérée.  Elle est blanche et froide. Un massage appuyé de quelques minutes est indispensable au bon résultat.

Le traitement est-il douloureux? 

Pendant l’aspiration l’impression est celle d’un gros suçon, puis le froid s’installe et anesthésie la région. La plupart des patients ne décrivent aucune douleur particulière. Seul le réchauffement et le massage en fin de traitement peuvent être ressentis désagréablement.

Les qualités  de l’aspiration,  du thermocouple, du thermoprotecteur, de la cupule et des interfaces jouent un rôle prépondérant pour la sécurité et l’efficacité du traitement.

Coolsculpting a un système de prise de température cutanée pendant toute la durée du traitement. Si l’appareil détecte un risque de gelure, le traitement s’arrête instantanément. Ce système est breveté et n’existe pas sur la plupart des machines. La température à laquelle descend le tissu adipeux est également à prendre en compte, l’apoptose nécessitant une température avoisinant les -10°C pendant une durée suffisante.

On ne pourra que conseiller aux patients de se renseigner sur le type de machine et l’expérience du praticien.

Retour